Pas seulement des éloges après le voyage dans l'espace de Bezos : "La science ne mène nulle part avec elle"


Le mois de juillet 2021 restera dans les annales des voyages spatiaux. Le 11 juillet, le milliardaire Richard Branson (PDG de Virgin Galactic) s'est envolé dans l'espace et aujourd'hui, le fondateur d'Amazon, Jeff Bezos, a suivi avec sa société Blue Origin. Les voyages spatiaux des milliardaires sont-ils synonymes d'innovation et d'espoir, comme ils le prétendent, ou leurs voyages en fusée sont-ils le summum du gaspillage de carburant et de capital ?

Branson était là plus tôt et Bezos est allé plus haut, mais les deux milliardaires ont sans aucun doute beaucoup remué avec leurs vols. Et puis il y a le propriétaire de Tesla, Elon Musk, qui avec sa société SpaceX veut vendre des vols lunaires et coloniser Mars d'ici quelques années.

Leurs efforts commerciaux sont remarquables ; le domaine des voyages spatiaux a longtemps été dominé exclusivement par des agences gouvernementales telles que l'ESA et la NASA. Avec les voyages spatiaux des entrepreneurs, les acteurs commerciaux s'impliquent désormais également dans l'exploration du cosmos.

Aussi innovant que cela soit, tout le monde n'en est pas convaincu. Greenpeace, entre autres, souligne l'aspect polluant de tels voyages spatiaux. Selon l'organisation environnementale, les émissions du voyage spatial de Bezos sont 278 fois supérieures aux émissions moyennes d'un citoyen du monde sur une année entière. "C'est un autre voyage d'ego !", a tweeté l'organisation hier.

Il est difficile de dire exactement combien de pollution les courts voyages spatiaux causent. Mais selon le professeur d'astronomie Vincent Icke, l'estimation de Greenpeace est tout à fait raisonnable. Selon lui, il est incontestable que les voyages spatiaux sont nocifs pour l'environnement. "Nous pulvérisons carrément des déchets dans l'atmosphère", déclare Icke.

'Plus il y a de fusées, plus il y a d'émissions'

Même si les voyages spatiaux ne durent pas longtemps - dans le cas de Bezos même quelques minutes - selon l'astronome Lucas Ellerbroek, il y a effectivement beaucoup d'émissions : "Vous devez atteindre une vitesse beaucoup plus élevée qu'avec un avion . Chaque fusée supplémentaire que vous lancez causera de la pollution." Selon un scientifique de l'University College de Londres, cela implique environ 200 à 300 tonnes de CO2 par lancement.

Le moteur-fusée Blue Origin fonctionne à l'hydrogène et à l'oxygène liquide et émet donc principalement de la vapeur d'eau. Mais aussi propre que cela puisse paraître, sa production implique beaucoup d'émissions de CO2.

"Plus il y aura de fusées en l'air, plus il y aura d'émissions", déclare Ellerbroek. "Et cela à l'heure où l'on insiste sur l'importance de conduire une voiture électrique et de moins voler." Selon lui, il n'y a aucune perspective d'alternative propre. "Les partis investissent trop peu dans cela."

Cela s'applique également à la pollution dans l'espace lui-même. Il n'y a pas de règles pour la pollution dans l'espace et qui est responsable de le nettoyer. "C'est un sanctuaire. La société SpaceX de Musk lance des dizaines de milliers de satellites pour la constellation Starlink, sans responsabilité adéquate pour qui nettoie leur fouillis."

 

“ Il est triste pour nous scientifiques que les succès gigantesques de la science soient détournés pour ce genre de publicité.'' 

 -Vincent Icke, professeur d'astronomie

 

Et puis il y a l'aspect scientifique. Car que rapportent les voyages éclair des milliardaires en termes de connaissances ? Le professeur Icke est bref à ce sujet : "Rien. Il vaut mieux lancer 80 kilos d'instruments dans l'espace que 80 kilos d'humains."

Icke est un fervent partisan des missions spatiales qui impliquent la recherche. "Des gens comme Andréé Les tonneliers ont du travail là-haut. Mais si vous allez 100 kilomètres au-dessus de la surface de la terre avec un arc à pisse, ça n'aide pas », explique le professeur.

"Il n'y a rien de ce que vous faites là-haut que nous ne puissions mieux explorer sur Terre. Il est triste pour nous, les scientifiques, que les réalisations gigantesques de la science soient utilisées à mauvais escient pour ce type de publicité."

Nausées, maux de tête, ostéoporose

Pourtant, l'astronome Ellerbroek comprend pourquoi les voyages dans l'espace semblent maintenant si populaires auprès des personnes qui peuvent se le permettre. « Les voyages dans l'espace sont futuristes et c'est cool. C'est une frivolité à une époque où de mauvaises choses arrivent, c'est une forme d'évasion."

Le chercheur en gravité Jack van Loon de l'université VU d'Amsterdam affirme également que l'espace a une énorme attraction. Il comprend donc pourquoi les gens paient des sommes élevées pour un voyage dans l'espace.

Mais en même temps, un aspect important est négligé : la santé. "Pour les courts trajets, ce n'est pas un problème, mais si nous allons sur Mars à l'avenir, comme le veut Elon Musk, les conséquences de l'apesanteur sont définitivement problématiques." Ceux qui sont en apesanteur pendant longtemps peuvent souffrir de nausées, de maux de tête et de décalcification des os.

Gros sac d'argent

Van Loon : "Vous devrez également faire face à un seau de rayonnement cosmique." C'est parce que vous quittez la magnétosphère terrestre dès que vous allez dans l'espace. « La Terre est entourée d'une enveloppe magnétique. Ce bouclier arrête ce rayonnement dangereux sur Terre", explique Van Loon.

Le professeur Icke qualifie le tourisme spatial de "mauvaise idée". "Je comprends qu'il y a du commerce là-dedans, c'est fascinant de voir la Terre de loin", dit-il. "Mais ce qui va se passer ensuite, c'est que les gens vont déposer un gros sac d'argent, être projetés à 100 kilomètres dans les airs et retomber à nouveau. Investissez plutôt cet argent dans des choses qui profitent à la terre."


ConnectOpinions - WA utilise des cookies. En utilisant ce site ou en cliquant sur d'accord sur la gauche, vous acceptez l'utilisation de cookies et la collecte d'informations sur cette base par nous et par des tiers.